Prêtons attention à tout ce qui nous semble insignifiant.

0 notes

behindsuchgreeneyes:

Me and my mutual followers that never seem to actually talk but we like and reblog each other’s posts:

image

135 427 notes
Je tremble putain de merde. J’arrive plus à taper sur mon clavier sans devoir corriger toutes les fautes de frappe dans mes mots. Je me perds. J’ai perdu le contrôle de mes jambes, je m’assieds, elles bougent toutes seules, mes mains ne cessent de faire le même geste continu qui n’a pas de sens. J’ai les joues en feu, on aurait dit que j’avais bu, on aurait dit que j’avais fumé. Ma mâchoire se crispe, je me retiens de crier, un cri qui vient des tripes, qui est refoulé depuis des années au plus profond de moi-même, celui que j’avais décidé de taire avant même qu’il n’émerge. Mes cernes m’empêchent de bien voir mon écran, la respiration s’apaise, le cœur s’emballe. Je sais plus quoi faire. Je cède à la panique, celle qui me fait faire encore plus n’importe quoi. Tout ce bouscule dans ma tête, je tape sur mon clavier, je me crois jouer du piano, j’aurais aimé t’écrire des poèmes ou des chansons, j’aurais voulu te donner l’horizon, j’aurais aimé écrire aussi bien que celui qui m’inspire dans sa galère et ses peines. J’aurais aimé pleins de choses, un avenir meilleur pour grande sœur, un paternel pour me remettre sur le droit chemin, de l’affection et surtout, que l’on m’écoute, que l’on devine mes pensées, celles qui me font peur et que je n’ose partager.
― (via incoercibles)
11 notes